Histoire de Bréhat

L'étymologie de Bréhat (Enez Vriad en breton) est incertaine. La première mention du nom (Brihiacum) date de 1083.

Bréhat n'a pas toujours été une île. Elle était rattachée au continent quand une occupation humaine ancienne est attestée au pied de l'abri sous roche du Goareva (paléolithique, aux environs de 40 000 ans), derrière la jetée de marée basse actuelle. Aujourd'hui le site est ennoyé à marée haute.

De nombreuses autres traces préhistoriques ont été retrouvées dans tout l'archipel.

La présence romaine est relevée sur l'îlot Lavrec.

De nombreuses îles de l'archipel de Bréhat, ou proches, gardent des traces d'établissements monastiques (Lavrec, Saint Maudez, l'île Verte). Plusieurs saints y ont habité (Budoc, Gwenolé, Maudez...).

Au Moyen-Age, Bréhat est une chatellenie du comté de Penthièvre qui s'étendait de Lamballe à Guingamp.

Dès le XIVe siècle, au Gardeno, se dresse un château fort. En 1409 les Anglais, appelés par Jean V, duc de Bretagne en conflit avec la duchesse de Penthèvre débarquèrent à Bréhat. L'île fut pillée et incendiée et les habitants massacrés.

Les Bréhatins seraient allés à Terre-Neuve, très tôt au XVe siècle. Un corsaire, Jehan Coatenlem, dont le bateau était basé à Bréhat, aurait indiqué la route de l'Amérique à Christophe Colomb.

Pendant la guerre de la Ligue, à partir de 1591, Bréhat fut l'objet de nombreux combats.

En 1790, la paroisse de Bréhat, qui dépendait de l'évêché de Dol, devint commune.

Située sur la route maritime reliant Saint-Malo à Brest, pendant la Révolution, l'île occupa une position stratégique. Les bateaux du Roi puis de la République mais aussi les corsaires y furent très présents en ces temps de guerre.

En 1832, le choléra décima la population.

A partir du XIXe siècle, de nombreux travaux de phares et de balisages maritimes sont entrepris.

L'île a été une pépinière de marins tant au commerce (capitaines cap-horniers) que militaires (plusieurs capitaines de vaisseaux et amiraux).

Dès la fin du XIXe siècle, l'île attire les premiers touristes et les premiers artistes, notamment des peintres français mais aussi étrangers. Cette vocation touristique et artistique ne se démentira plus.

Pendant la deuxième Guerre mondiale, l'île est occupée par les Allemands. Avant de partir, le 4 août 1944, ils font sauter les deux phares de l'île, ceux du Pann et du Rosédo.

Bréhat n'a pas été épargnée par les conséquences de naufrages pétroliers. La marée noire de l'Amoco Cadiz a, par exemple, touché nos côtes en mars 1978.

Aujourd'hui, Bréhat est une commune qui vit toute l'année et dont la population augmente fortement lors des périodes de vacances.

Vous êtes ici : Accueil --- Histoire

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris